Demande d’obligation de rendre des comptes
LES FAMILLES DES DISPARUS VEULENT DES RÉPONSES

Le caporal Andrew White était un marine de 23 ans en bonne santé et plein d’entrain, qui revenait d’une mission de neuf mois en Irak. Comme beaucoup de ses frères d’armes, il souffrait du stress apparemment normal de la guerre : insomnie, cauchemars et agitation. Le jeune caporal s’est tourné vers le système de santé mentale de l’armée pour obtenir de l’aide.

« On se souviendra toujours d’Andrew comme d’un étudiant brillant, un Eagle Scout, un marine des États-Unis, un fils. »
Shirley White, mère d’Andrew

Sur une période de 11 mois, les médecins de l’administration en charge des anciens combattants ont prescrit à Andrew un cocktail de 19 médicaments différents, parmi lesquels des antidépresseurs, des antipsychotiques et des benzodiazépines (sédatifs). Son déclin physique, mental et émotionnel fut terrifiant pour sa famille, et en quelques mois il devint méconnaissable.

La mère d’Andrew, Shirley White, se souvient : « Il ne pouvait plus se comporter normalement. C’était un zombie. C’était comme si nous nous occupions d’une personne âgée. » Quand elle et son mari Stan ont interrogé les médecins d’Andrew à propos des effets des médicaments, « ils ont juste dit “il faut du temps (pour que les pilules fassent de l’effet).” »

L’un des médicaments donnés à Andrew était l’antipsychotique Seroquel, prescrit à plus du double de la dose maximale recommandée pour une personne « schizophrène » ou « psychotique ». Andrew n’était ni l’un ni l’autre, pourtant, la dose augmenta continuellement, de 20 mg à 1600 mg.

En 2011, la Food and Drug Administration a émis des avertissements concernant le Seroquel parce qu’il « peut provoquer un arrêt cardiaque subit ». L’avertissement est arrivé trop tard pour Andrew. Il est mort subitement pendant son sommeil en février 2008. Le médecin légiste a déclaré que sa mort était due à une « surdose accidentelle de médicaments ». Après la mort tragique de leur fils, Stan et Shirley White se sont engagés dans une croisade pour que de meilleurs soins et des traitements de substitution soient proposés aux anciens combattants. En 2013, après avoir présenté pendant des mois aux autorités militaires des attestations et des documents concernant le Seroquel, les White ont reçu une lettre du Commandement central des États-Unis les informant que le Seroquel avait été retiré du formulaire « approuvé ». Mais les White et les familles d’autres victimes de l’infiltration de médicaments psychiatriques dans l’armée se battent toujours aux côtés de la CCDH pour obtenir la garantie que le Seroquel et d’autres médicaments mortels ne seront pas prescrits.



FAITS
Psychotropes et décès

2012 : Plus de soldats sont morts par suicide que dans les combats, à la fréquence d’un par jour. Les suicides des anciens combattants se montent à 22 par jour.

De 2005 à 2011 : Les prescriptions de psychotropes aux soldats, connus pour induire des comportements suicidaires et violents, ont augmenté de 696 %.

De 2004 à 2012 : La FDA a reçu 14 773 rapports sur des médicaments psychiatriques provoquant des idées d’homicide et des homicides, des manies et des agressions.



RESTAUREZ LES DROITS DE L’HOMME DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ MENTALE

En tant qu’organisation de surveillance de la santé mentale à but non lucratif, la CCDH compte sur les adhésions et les dons pour remplir sa mission : mettre fin aux violations des droits de l’Homme commises par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Vous pouvez participer à ce mouvement international important pour la réforme de la santé mentale en rejoignant le groupe qui a aidé à promulguer plus de 170 lois visant à protéger les gens des mauvais traitements dans le secteur de la santé mentale.

TÉLÉCHARGEMENTS