Fiches d’information et rapports

Cliquez ici pour télécharger les fiches d’informations et les comptes rendus sur des sujets tels que les traitements alternatifs, les recommandations internationales mettant en garde contre les psychotropes, les escroqueries et les abus psychiatriques.

CONFLITS D’INTÉRÊTS

d’algorithme pharmaceutique au Texas : Allen Jones dénonce des médecins

Allen Jones, ancien enquêteur du Bureau de l’inspecteur général du Commonwealth en Pennsylvanie, Bureau des Enquêtes Spéciales, dénonce l’alliance pharmaceutico-psychiatrique dont le but est de pousser à consommer des psychotropes et de faire monter le coût des assurances.

CBS 48 Hours — Un porte-parole de la cabale pharmaceutico-psychiatrique

Ce n’est pas étonnant que l’émission de CBS 48 Hours ait fait valoir que la « schizophrénie » était une « maladie mentale » ayant une origine physique et qui nécessite des drogues psychotropes débilitantes. En effet, CBS reçoit environ 600 millions de dollars par an de la part de compagnies publicitaires et les psychotropes fabriqués par les sponsors de CBS sont très rentables.

IMPOSTURE DES DIAGNOSTICS

Les psychiatres ne peuvent pas prévoir, traiter ou guérir des comportements violents

De leur propre aveu, les psychiatres ne peuvent pas prédire la dangerosité de quelqu’un. Ils autorisent souvent des patients violents à quitter leurs services hospitaliers, affirmant qu’ils ne sont pas un danger pour les autres ou bien ils leur accordent des avantages qui réduisent les mesures de sécurité. D’après le Manuel des diagnostics et statistiques de troubles mentaux de l’Association américaine de psychiatrie, celui-ci ne « permet pas de prouver l’existence à des fins juridiques, d’un  “trouble mental”, d’un “handicap mental”, d’une “maladie mentale” ou d’une “anomalie mentale” pour établir les compétences d’un individu, sa responsabilité criminelle ou ses incapacités. Lisez la suite dans ce rapport.

Blaming the Brain (Tout est de la faute du cerveau) : l’escroquerie au sujet du « déséquilibre chimique »

Aujourd’hui, le fondement sur lequel repose le modèle des maladies psychiatriques est une théorie selon laquelle un « déséquilibre chimique » du cerveau est la cause des maladies mentales. Cependant, le Dr Mark Graff, chargé des Affaires publiques de l’Association américaine de psychiatrie, a déclaré que cette théorie « venait probablement de l’industrie pharmaceutique ». Même son confrère Steven Sharfstein, alors président de l’Association américaine de psychiatrie, a admis sous pression médiatique qu’il n’y avait « aucun test de laboratoire » pour déterminer un déséquilibre chimique dans le cerveau. Voici un bref résumé de la théorie derrière l’imposture du « déséquilibre chimique », avec des commentaires d’experts la discréditant.

Lettre ouverte des médecins aux gouvernements.

Que devons-nous penser de tous ces rapports qui affirment avec certitude qu’il existe dans notre société une véritable épidémie de maladie mentale et qu’une personne sur quatre dans le monde est touchée par ce phénomène ? Ceux qui propagent ces informations alarmistes – en fait le milieu psychiatrique – affirment que la maladie mentale est sur le point de nous contaminer tous et que seule une augmentation immédiate et massive des crédits pour la psychiatrie permettra d’enrayer ce fléau. Cette lettre des médecins constitue la préface d’une brochure de la CCDH ayant pour sujet : la crise des « maladies mentales » créée par les psychiatres eux-mêmes.

Le fardeau mondial de la maladie

Suivant de près le Manuel des diagnostics et statistiques des troubles mentaux, Lewis Judd, qui a été directeur de l’institut national de la santé mentale (NIMH) de 1987 à 1990, a créé la stratégie de marketing de la psychiatrie. On l’appela la « décennie du cerveau », elle fut passée comme loi aux États-Unis par proclamation présidentielle. Depuis, des expressions telles que « trouble guérissable du cerveau », « maladie du cerveau » et « déséquilibre chimique dans le cerveau » ont été utilisées et propagées. Ce rapport montre en quoi le fardeau mondial de la maladie dans le domaine des « troubles mentaux » est un canular.

Est-ce que la folie entraîne la criminalité ? article du Dr Thomas S. Szasz

Cet article de l’éminent Dr Thomas Szasz est réédité avec l’autorisation de Sheldon Richman, rédacteur en chef de Ideas on Liberty, publiée par la Foundation for Economic Education, Irvington-on-Hudson, NY, 10533.

MISES EN GARDE CONTRE LES MÉDICAMENTS PSYCHIATRIQUES

L’augmentation du taux de suicide chez les adolescents n’est pas due aux avertissements sur les boîtes des médicaments

Poussés par les psychiatres et leurs intérêts personnels derrière les ventes de l’industrie pharmaceutique, les médias ont « expliqué » l’augmentation du taux de suicide chez les enfants par les étiquettes de mise en garde (dans l’encadré noir) sur les boîtes des antidépresseurs. C’est totalement faux et ce rapport explique pourquoi.

Anatomie d’une épidémie : les drogues psychiatriques et l’augmentation stupéfiante des maladies mentales en Amérique, par Robert Whitaker

Cet article analyse l’augmentation stupéfiante des maladies mentales graves depuis les cinquante dernières années aux États-Unis. Une revue de la littérature scientifique révèle que c’est notre modèle de soin basé sur la drogue qui alimente cette épidémie. Les médicaments favorisent la tendance aux maladies chroniques et provoquent de nouveaux symptômes psychiatriques plus graves, chez un pourcentage important de patients.

LES ABUS DANS LES HÔPITAUX PSYCHIATRIQUES

Les abus psychiatriques dans l’État de New York

Ce rapport mentionne : des décès, des abus, des crimes (y compris une énorme escroquerie dans l’État de New York), des mauvais traitements sur patients (y compris un cas d’hospitalisation forcée, rappelant l’incompétence des psychiatres à déterminer le niveau de dangerosité des individus), des patients évadés de l’hôpital psychiatrique ayant nui à d’autres personnes, et des expériences psychiatriques à New York.

Déclaration des droits de l’Homme dans le domaine de la santé mentale

La Déclaration des droits de l’Homme dans le domaine de la santé mentale, écrite par la CCDH, exprime les principes fondamentaux et les normes qui guident ses actions d’investigation et de dénonciation incessantes des violations de droits de l’Homme par la psychiatrie.  Cette déclaration a servi à dénoncer des abus dans des hôpitaux psychiatriques et donne les grandes lignes sur la façon dont la psychiatrie devrait être réformée.

L’ALLIANCE AU SEIN DE LA SANTÉ MENTALE

L’augmentation des assurances

Selon le psychiatre Sander Breiner, dans le journal Psychiatric Times, près de 40 % des psychiatres aux États-Unis ont été poursuivis en justice pour faute professionnelle durant leur carrière. Cela a des répercutions sur le coût de la médecine générale. Ainsi qu’il ressort d’un rapport de l’Institut d’information des assurances, intitulé « Les assurances médicales pour fautes professionnelles » : « De nombreux assureurs ont diminué leur couverture des fautes professionnelles médicales et, dans certains cas, ont totalement cessé de les couvrir. »

LES DÉPISTAGES DES TROUBLES MENTAUX
 
Les dépistages des troubles mentaux dans les écoles entraînent une consommation dangereuse de médicaments pour les enfants

En 2003, un rapport destiné au gouvernement fédéral sur « les soins dans le domaine de la santé mentale » recommandait que les 52 millions d’écoliers américains subissent un dépistage des « trouble mentaux ». Le rapport prétendait — sans l’once d’une preuve scientifique — que « toute détection, évaluation et mise en place d’un traitement effectuée suffisamment tôt » pouvait « empêcher les troubles mentaux d’empirer... ». Actuellement, ces recommandations entrent en vigueur dans chaque état. Découvrez les faits et agissez.

Rutherford poursuit en justice l’Indiana School pour dépistage de troubles mentaux effectués sans consentement, publié par Nisha Mohamed de l’Institut Rutherford

à South Bend, les avocats de l’Institut Rutherford ont déposé une plainte au tribunal du district au nom d’une famille de l’Indiana, dont la fille de 15 ans, Chelsea Rhoades, avait fait l’objet d’un dépistage. Si vous voulez protéger votre enfant des dépistages psychiatriques effectués à l’école, lisez cet article.

L’ESCROQUERIE PSYCHIATRIQUE

L’escroquerie dans le domaine de la santé mentale : un business particulièrement lucratif

En 1991, à Dallas, au Texas, deux gardes de sécurité en uniforme, dans une voiture de patrouille, ont abordé Jeramy Harrel, âgé de 14 ans et l’ont emmené contre sa volonté, malgré les protestations de sa mère, pour le conduire dans un hôpital psychiatrique privé appartenant aux Instituts psychiatriques d’Amérique (PIA), une filiale d’Entreprises Médicales Nationales (NME). Un psychiatre, le docteur Mark Bowlan et un agent de protection de l’enfance – qui n’avait jamais parlé avec Jeramy ou ses parents – avaient demandé au tribunal la détention du garçon, estimant qu’il était « un consommateur de drogues » et que ses grands-parents avaient physiquement abusé de lui. Lisez l’article sur cette histoire et pour en savoir plus au sujet de la « pêche aux patients », totalement illégale.

La ruse au service de l’escroquerie psychiatrique

La compagnie d’assurances américaine Blue Cross & Blue Shield United indiquait qu’il existe autant de sortes d’escroqueries à l’assurance maladie que « l’esprit criminel peut en inventer ». On ne trouvera dans cette fiche d’information que quelques exemples du large éventail des condamnations énoncées.

LA PSYCHOLOGIE

La « science » sans âme

Le problème principal avec la psychologie, c’est qu’elle se base sur les modèles comportementaux donnés par la psychiatrie ou la biologie — elle s’est éloignée de ses propres sources. Le sujet de la psychologie découle d’une philosophie plus ancienne et elle signifiait initialement l’étude de l’âme — psyche (l’âme) et ologie (l’étude de). Il était admis généralement que le mental et le corps étaient des entités séparées. Ainsi, on considérait que tout individu — homme et femme — est constitué d’une âme, d’un mental et de matière. Ici, nous fournissons un bref document sur les dérives de la psychologie.

LES FUSILLADES DANS LES ÉCOLES

Liste récente des tireurs, adolescents et écoliers

Les récents jeunes tireurs dans les écoles qui étaient sous l’influence de drogues psychiatriques ont fait 54 morts et 105 blessés.

SOLUTIONS

Le Comité d’actions contre le charlatanisme masque la prolifération des psychotropes

De 1963 à 1974, le Comité d’actions contre le charlatanisme, une association américaine a été conçue afin de discréditer les chiropracteurs. Elle le faisait avec l’Association médicale américaine (AMA) qui exhortait ses membres à « donner leur soutien aux attaques continues contre les chiropracteurs et leur programme d’enseignement ». L’AMA a recommandé au Congrès d’exclure des polices d’assurances le remboursement des services de chiropractie. Ce rapport montre comment les psychiatres, de connivence avec l’AMA, ont cherché à discréditer les méthodes alternatives de traitements sans médicament, privant les patients de leur droit d’être parfaitement informés sur l’ensemble des solutions existantes.

Les solutions pour une meilleure santé mentale

Les gens ont des problèmes dans la vie, parfois très graves. Les difficultés mentales existent, les individus peuvent voir leurs espoirs et leurs rêves se briser, et leurs solutions pour faire face à cela peuvent échouer. Et avec une telle suprématie des psychotropes physiquement dégradants et altérant le comportement, les psychiatres ne guérissent rien, ils fabriquent des toxicomanes et des patients à vie. Bien que la CCDH ne fournisse pas de conseils médicaux, on trouvera dans ce rapport des solutions alternatives recommandées par des médecins.

Tous les documents nécessitent Adobe Acrobat Reader, disponible gratuitement en cliquant ici.

TÉLÉCHARGEMENTS