Comité consultatif


Le professeur Thomas Szasz, cofondateur de la CCDH
Le comité consultatif de la Commission des Citoyen pour les Droits de l’Homme est composé de personnes appelées délégués, et comprend des médecins, des avocats, des éducateurs, des célébrités, des artistes, des hommes d’affaires et des représentants des droits de l’Homme et des droits civils.

Leurs tâches consistent notamment à conseiller la CCDH, selon leur capacité professionnelle, sur des questions se rapportant aux activités de la CCDH. Ils comprennent également, sans pour autant s’y limiter :

  • Donner des entretiens aux médias, être le porte-parole sur des questions qui concernent la psychiatrie et ses abus et que le délégué connaît parfaitement¬;
  • Faire des déclarations, rendre visite ou écrire aux membres du Congrès, du parlement, de la législature d’État ou de province sur des questions qui inquiètent la CCDH¬;
  • Donner un avis sur toutes les questions législatives qui pourraient impliquer la CCDH¬;
  • Faire partie d’une commission lors d’une audience publique organisée par la CCDH au sujet d’un abus spécifique de la psychiatrie¬;
  • Apposer leur nom dans des publications de la CCDH, des campagnes, proposer des déclarations pour ces dernières ou des communiqués de presse¬;
  • Envoyer à la CCDH les recherches ou articles pouvant présenter un intérêt et qui peuvent être transmis à des délégués, à des groupes ou à des bureaux de la CCDH¬;
  • Évalués en tant que professionels de la santé ou chercheurs, faisant des recherches ou des études (comme les essais cliniques de médicaments psychiatriques) afin que ces évaluations puissent ensuite être distribuées ou publiées à grande échelle ;
  • Et comme beaucoup de médecins (notamment des généralistes et des pédiatres) prescrivent aujourd’hui des psychotropes puissants et dangereux, ces prestataires de santé aident la CCDH à leur faire prendre conscience que des analyses médicales et des traitements réels sont nécessaires, comme par exemple de mener des tests permettant de déterminer toute exposition aux métaux lourds, toute allergie alimentaire et proposer des méthodes alternatives ne causant aucun préjudice physique, comme un régime, une alimentation équilibrée et de l’exercice. Ils aident également la CCDH à leur rappeler que le respect des libertés civiles, de la dignité humaine, du consentement éclairé et des choix personnels sont essentiels dans toute pratique médicale¬;
  • En tant qu’avocats, ils conseillent des confrères ou portent plainte contre des psychiatres ayant abusé de patients et expliquent comment engager de telles poursuites contre des associations psychiatriques ou des établissements qui ont formé le psychiatre incriminé¬;
  • Ils informent les médecins sur l’absence de base scientifique des diagnostics psychiatriques et sur les dommages causés par les traitements psychiatriques¬;
  • Ils apportent leur aide ou leurs conseils sur la collecte de fonds et
  • ¬proposent à d’autres professionnels de devenir délégués de la CCDH et les y encouragent.
TÉLÉCHARGEMENTS